Le marché de la forêt

Selon la FN SAFER* le marché de la forêt est en « bonne santé ». Il est marqué par des volumes de transaction et un prix moyen tous deux en hausse. Le prix moyen des forêts a progressé de 3,5 % l’an dernier. Les transactions ont affiché une valeur moyenne de 4 250 euros/ha en 2018. Elles ont été portées par une forte demande, notamment dans le Nord-Bassin parisien. Le marché de la forêt est par ailleurs considéré comme sous-exploité en France, ce qui laisse donc présager des perspectives de développement. *Société Forestière et la Fédération Nationale des Safer

En France, la forêt représente 33 % du territoire français et est détenue à 75 % par des propriétaires privés. Il s’agit d’un important patrimoine familial transmissible. La forêt est également un outil de diversification dans lequel il est possible d’investir. Si l’exploitation de la forêt s’inscrit dans une tradition longue (le bois d’œuvre (destiné à la construction), le bois d’industrie et le bois-énergie), elle reste sous-exploitée en France et constitue alors un placement à fort potentiel.
Ce secteur connaît notamment une croissance continue : le prix moyen des forêts a augmenté de 3,8 % en 2018 (Chiffre SAFER). Les groupements forestiers sont des fonds gérées par des sociétés de gestion. Ils détiennent un ou plusieurs massifs forestiers et ont pour objet leur amélioration, leur équipement, leur exploitation et leur gestion. L’investisseur qui achète des parts de groupement forestier devient associé du GF.
Le marché des forêts à la hausse

Les forêts non bâties se sont échangées au prix moyen de 4 250 euros par hectare (+ 3,5 %). Cette hausse intervient dans un volume de surfaces vendues toujours élevé. Cette progression concerne pratiquement toutes les régions françaises. Au-delà du prix moyen, nous constatons que 90 % des transactions sont conclues à des prix compris entre 670 et 12 730 euros/ha, refl étant la qualité des biens mis en vente, leur localisation géographique et le degré de concurrence entre candidats à l’acquisition.

Le nombre de transactions augmente encore en 2018 (+ 3,3 %,19 080 biens vendus), toujours porté par le dynamisme du marché des petites forêts (1 à 10 ha).
La valeur du marché atteint un record à 1,6 milliard d’euros (+ 5,6 %) ; les forêts non bâties représentent un tiers du total du marché (524 millions d’euros). La surface totale vendue atteint 130 100 ha, en légère contraction (- 0,6 %, - 800 ha).