Comment les Groupements Forestiers sont-ils gérés et contrôlés ?

Dès qu’il ouvre son capital à des investisseurs non professionnels (des particuliers), un groupement forestier, qui effectue la gestion de la forêt qu'il détient, doit être géré par une société de gestion. Cette société de gestion de portefeuille est alors agréée par l’AMF. Il doit également désigner un dépositaire.

Le secteur des groupements forestiers est régi par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF). Elle agit dès lors dans sa mission de veille, de contrôle et de sanction. L’AMF régule les fonds d’investissement relevant de la directive européenne 2011/61/UE.

L’ASFFOR réunit les fonds d’investissement à vocation foncière (pour l’essentiel les groupements forestiers et les groupements fonciers agricoles). Ces fonds sont créés par les banques, les établissements financiers, les compagnies d’assurance et les sociétés de gestion. Ils peuvent être crées pour leur compte propre, ou pour celui de leurs clients, particuliers ou investisseurs institutionnels.

Cette association a par ailleurs mis en place un guide de déontologie visé par l’AMF.

exploitation forestire

Constitution d’un groupement forestier

La société de gestion qui gère le fonds, acquiert une variété de forêts d’une certaine qualité (climat, accessibilité), en général entre 2 et 5 par fonds. Le groupement forestier disposera ainsi de massifs forestiers, diversifiés, tant en termes géographiques que d'essences. Si les feuillus (chênes, hêtres, charme) représentent 67 % de la superficie forestière métropolitaine, dans les zones montagneuses, les peuplement de conifères (épicéa, Douglas, sapin) sont majoritaires.

Les groupements forestiers peuvent investir simultanément dans des forêts de rendement (du bois mature) mais aussi des forêts de capitalisation (des jeunes bois porteurs de valeur future). Tout dépend de la stratégie de gestion de la forêt. Les stratégies d'exploitation pourront en effet être différentes entre les massifs détenus.

Les essences ensuite récoltées pourront trouver des débouchés dans le secteur de l'exploitation forestière. Il existe principalement trois débouchés : le bois d'oeuvre (destiné à la construction), le bois d'industrie et le bois-énergie.