Ce lundi 13 décembre, Jonathan Dhiver, fondateur de Meilleur-GF.com a été l’invité de Stéphane PEDRAZZI sur BFM Patrimoine. Un échange pour découvrir pourquoi placer une partie de son épargne dans les forêts d’ici la fin de l’année, et plus particulièrement pour investir dans les groupements forestiers.

Se constituer une épargne de revalorisation grâce aux groupements forestiers

Retrouvez ci-dessous la retranscription de l’interview de Jonathan Dhiver

Investir dans des forêts, c’est un placement responsable et plutôt rentable sur le long terme.

Nous allons en parler avec Jonathan Dhiver, fondateur du site Meilleur-GF.com, meilleur groupement forestier.

Merci d’être avec nous !

Bonjour Stéphane !

D’abord, quelques chiffres concernant le marché forestier. Cela reste un investissement peu connu du grand public.

Oui, c’est assez peu connu, alors que finalement, cela participe très clairement à plein de choses dans notre pays, pour rebondir sur ce que disait Nicolas Boze.

Quelques chiffres, donc c’est 17 millions d’hectares de forêts en France, soit 31 % du territoire.

Il faut savoir qu’en 1985, nous étions à 14 millions d’hectares. Donc, vous voyez que sur les 35 à 40 dernières années, chaque année la forêt grignote de la surface.

Les trois-quarts de cette forêt sont détenus par des privés. Nous voyons qu’il y a un intérêt fort des privés dans ce placement (Source : France Bois Forêt).

Et la France est le premier producteur de feuillus en Europe, et le troisième stock forestier d’Europe.

Nous voyons bien que nous avons un or vert qui est disponible pour tous les Français. Puis, quand nous regardons les prix des forêts sur les 20 dernières années, ils ont augmenté d’environ 3 % par an (Source : Terre d’Europe Safer – études 2019).

Donc, nous voyons qu’il y a un très fort intérêt !

C’est intéressant !

Quand nous ne connaissons pas le secteur de la forêt, nous avons l’impression que la surface recule tous les ans, alors qu’en pratique, c’est l’inverse.

En pratique, c’est l’inverse, et entreprise une forêt et couper des arbres, ce n’est pas malsain, parce que quand vous coupez un arbre qui est un peu ancien, cela laisse de la place à des jeunes qui vont capter plus ce CO2.

Il y a un vrai potentiel. Et en pratique, comment est-ce que nous pouvons investir dans un domaine forestier ?

Je crois que le ticket d’entrée est assez élevé.

Si nous avons envie d’acheter une forêt en direct, de bénéficier de sa propre forêt, il faut avoir quand même un montant significatif, environ 500 000 euros, parce qu’en-dessous, c’est compliqué d’avoir une forêt qui soit d’une taille un peu critique. Par contre, il y a quand même beaucoup d’inconvénients, parce qu’il faut être un spécialiste.

Une forêt, cela s’entretient. Il faut déposer un plan simple de gestion.

Il faut faire des travaux forestiers réguliers.

Il y a quand même d’autres solutions.

Avantages et inconvénients d’investir en direct

AvantagesInconvénients
Choix des forêts et localisationTicket d’entrée important de 500 000 €
Choix de la stratégie de gestionRédaction d’un Plan Simple de Gestion
Plaisir de détenir sa propre forêt et de pouvoir en disposer plus librementRequiert beaucoup de connaissances techniques (gestion complexe)
Possibilité d’acquérir des forêts d’agrément (propriété de loisirs, chasse, pêche, espaces naturels de promenades/randonnées, etc.)Organisation des travaux (requiert beaucoup de temps et d’implication)

Ticket d’entrée élevé, des contraintes importantes…

Quels sont les moyens, les supports qui permettent de rendre la forêt plus accessible ?

C’est de l’épargne forestière, ce sont les groupements forestiers d’investissement.

C’est moins sexy !

C’est moins sexy, c’est vrai. Mais pour autant, le sous-jacent est exactement le même, et il y a bien évidemment d’autres avantages.

Nous pouvons investir à partie de quelques milliers d’euros dans un groupement forestier.

Vous pouvez verdir une partie de votre épargne, et c’est vraiment important.

Moi, j’appelle les Français à le faire, pas que dans une logique de business pour Meilleur-gf.com.

Au contraire, dans une logique de responsabilité sociétale, parce que quand nous regardons les avantages de l’investissement dans la forêt, ils sont très nombreux.

Et quand vous pouvez investir à partir de quelques milliers d’euros, vous vous dites que quand même accessible.

Justement, quels sont les avantages d’investir sur ce produit d’épargne vert ?

Je parlerai, finalement, très peu de l’aspect financier. Je vais bien évidemment parler de

  • diversifier son épargne,
  • avoir une épargne verte,
  • un investissement responsable.

C’est quand même très important de rappeler que la forêt participe à la capitation de CO2. Donc, plus vous avez une forêt qui est entretenue, plus elle capte du CO2.

Il y a un intérêt écologique évident. 14 % des émissions de CO2 sont captées par la forêt française.

Jonathan Dhiver, Fondateur de Meilleur-GF.com

  • Vous participez à l’économie locale. Nous parlions d’emplois, il y a 450 000 emplois, et j’aime bien m’arrêter sur ce demi-million d’emplois.

Cela veut dire que vous avez un emploi sur 58 en France qui est connecté à la filière bois. C’est colossale !

Et il y a 80 000 emplois qui sont non pourvus. Donc, les jeunes et les moins jeunes qui ont envie de changer de voie, ils peuvent aller dans cette filière qui est fantastique et qui est très innovante.

  • Puis, c’est bien évidemment participer à l’économie circulaire.

Je vais vous prendre un petit exemple. En France, un producteur de bois important – toutes les palettes que nous utilisons au quotidien – elles peuvent être produites en France, et après être réutilisées, réparées si besoin.

Vous voyez que l’utilisation, elle est extrêmement large : du papier, des palettes, de la construction, du bois-énergie…

Ce n’est pas que de l’accueil de construction basique.

Le bois, c’est une matière renouvelable, nous le rappelons.

En terme de rendement, qu’est-ce que nous pouvons attendre lorsque nous investissons dans de la forêt ?

Quand nous regardons dans le rétroviseur, le rendement qui est distribué est compris entre 0 et 1 % par an.

Ce n’est pas grand-chose ?

C’est modeste ! Par contre, vous avez la revalorisation Stéphane !

Et la revalorisation, nous l’avons dit, sur les 20 dernières années, en moyenne les forêts se sont revalorisées de 3 % par an.

C’est plutôt une épargne de revalorisation.

Un mot de l’imposition, parce que je vois Christophe Fontaine qui est en train de prendre des notes. Et je me dis, il doit forcément y avoir une carotte fiscale ?

Nous, au sein de Meilleur-gf.com, pour nous c’est le dernier élément qu’il faut regarder. Ce n’est pas le premier.

Tous les éléments dont nous vous avons parlé avant sont les plus importants. Mais oui, il y a un avantage fiscal, parce qu’une forêt, vous ne la détenez pas sur une durée de cinq ans, pas sur 10 ans.

Un arbre, pour prendre une taille critique, c’est 50 ans.

Donc finalement, c’est de l’épargne que vous transmettrez.

Le premier avantage, c’est sur votre bas de ligne, votre impôt sur le revenu. Aujourd’hui, si vous investissez avant le 31 décembre, admettons de 20 000 euros en couple, vous allez pouvoir réduire 5 000 euros sur votre bas de ligne fiscal. C’est plutôt intéressant.

Vous avez un abattement entre 75 et 100 % sur l’impôt sur la fortune immobilière, en fonction des fonds. Donc, cela sort complètement de l’IFI.

Puis après, l’exonération des droits de succession jusqu’à 75 % de la valeur des forêts.

Admettons que vous avez investi 100 000 euros en groupement forestier, et que vos enfants héritent de ces groupements forestiers. Ils seront fiscalisés uniquement sur 25 000 euros, lors de la succession.

Vous voyez que c’est quand même un gros avantage, mais il faut rester concentré sur le sous-jacent. C’est le plus important !

Dans une optique de transmettre ce patrimoine.

Merci beaucoup Jonathan Dhiver !

@Meilleur-GF.com 2017-2020 - Tous droits réservés