Antoine Frey nous présente le groupement forestier FOREY

Jonathan Dhiver - mise à jour de la 28 juillet 2020

Meilleur-GF.com a échangé avec Antoine Frey, Président Directeur Général de la foncière cotée FREY. Un échange pour présenter la société d’investissement FREY, le groupement forestier FOREY et en savoir davantage sur ce grand projet de la filière bois.

FREY s’implique dans la filière bois à travers le groupement forestier FOREY

Retrouvez ci-dessous la retranscription de l’interview de Antoine Frey pour le groupement forestier FOREY

Est-ce que vous pouvez nous présenter en quelques mots votre groupe ?

FREY, c’est une société d’investissement immobilier coté qui existe depuis maintenant 12 ans. Qui est spécialisée dans le développement, l’investissement et la gestion de centres commerciaux de plein air. Pas uniquement en France, parce que nous sommes aussi présents en Ibérie, c’est-à-dire en Espagne et au Portugal. Nous portons aujourd’hui un patrimoine d’environ 1 200 millions d’euros. Et nous avons un pipeline de projets qui fait environ la même taille et qui sera livré dans les cinq années qui sont devant nous.

Une entreprise à taille humaine avec une petite centaine de collaborateurs. Et un axe assez prononcé, assez prégnant sur le volet RSE du groupe, social, solidaire et environnemental.

Nous sommes aujourd’hui dans le cadre de Meilleur-GF.com. Nous parlons de groupements forestiers. Comment FREY s’implique justement, dans cette filière bois ? Il y a une actualité assez récente sur le sujet.

C’est une actualité, effectivement, assez récente. Cette implication dans le bois est venue d’une démarche que nous avons faite sur notre emprunte carbone. Nous avons audité l’emprunte carbone du groupe, de façon à identifier quelles étaient nos émissions. Nous avons émis 270 000 tonnes de carbone en 2019. En analysant l’origine de ces émissions, nous nous sommes aperçu qu’une grosse partie de ces émissions, 45 % pour être précis, est directement liée à notre activité de construction et aux matériaux que nous utilisons dans le cadre de ces chantiers.

Nous nous sommes donc interrogés pour savoir quelle était la meilleure façon de faire baisser ces émissions. Et très naturellement, nous nous sommes tournés vers le bois, qui est le matériau biosourcé idéal pour construire de façon plus vertueuse et diminuer considérablement nos émissions de CO2.

Nous nous sommes demandé, si nous allions nous contenter de construire en bois. Et en analysant le marché, nous nous sommes aperçu que beaucoup de constructions en bois en France, sont réalisées avec du bois qui provient de l’étranger. Même si c’est assez contre intuitif, puisque je crois que la forêt française est le troisième massif forestier d’Europe. Nous avons encore un outil industriel qui n’est pourtant pas à la hauteur de ce massif forestier. Et qui peine à trouver son élan, alors que la demande en construction bois devient de plus en plus importante, pour toutes les raisons que nous venons d’évoquer.

Nous nous sommes dit que nous allions nous impliquer très en amont de cette démarche : d’investir dans des forêts françaises, pour les gérer durablement, maîtriser notre matière première et pouvoir approvisionner en bois français géré durablement la filière de bois française. Et derrière, utiliser le plus massivement possible, ce matériau de construction dans nos projets.

Cela à travers un groupement qui s’appelle FOREY, c’est cela ?

Tout à fait ! C’est un petit jeu de mots tout à fait facile, puisque l’entreprise s’appelle FREY et nous avons rajouté un O, pour que tout le monde comprenne de quoi il s’agit. Nous avons effectivement créé ce groupement forestier. Nous avons fait une première acquisition en Côte-d’Or, d’une forêt d’une centaine d’hectares. Et nous avons un plan d’investissement qui est assez ambitieux, puisque nous allons investir plus de 35 millions d’euros dans les forêts françaises, dans les 10 ans qui viennent. Donc, nous sommes à l’achat aujourd’hui.

Je crois savoir que votre conseil d’administration est pleinement impliqué dans cette logique, et vous soutient grandement sur ce projet forêt. Cela passe par cette forme de sobriété carbone. C’est un point qui est fort. Aujourd’hui, nous avons besoin de consommer de la façon la plus intelligente possible. Vous parlez de réduire ces 45 % d’émissions à effet de serre sur les matériaux que vous utilisez, pour utiliser une ressource renouvelable. Cette sobriété carbone, qu’est-ce que vous pouvez nous en dire ?

Nous nous sommes donné un objectif d’avoir une neutralité carbone, à l’horizon 2030. Ce qui est un objectif très ambitieux. Il y a deux silos d’émissions de carbone particulièrement importants dans notre bilan carbone. C’est la construction, j’en ai parlé. Le deuxième, ce sont les modes de transport carbonés, utilisés par les visiteurs qui viennent sur nos centres. Ce sont les automobiles utilisées par ces visiteurs. Là aussi, nous allons faire des investissements assez massifs, sur la transformation de nos parkings. Favoriser au maximum les bornes de recharge pour les véhicules électriques, puisqu’ils nous permettront d’accélérer l’utilisation de ces véhicules. Nous souhaitons accompagner la croissance ce dispositif de bornes de recharge pour favoriser le plus possible la voiture électrique.

Et bien évidemment, ces forêts vont nous aider. C’est une conséquence et non pas la cause de cet investissement. Mais elles nous aideront aussi dans ce bilan carbone, puisque la photosynthèse de ces forêts nous aidera à équilibrer le résiduel, qui nécessairement restera dans nos émissions. Nous n’arriverons pas à être totalement neutres, uniquement par les actions de réduction de ces émissions.

En attendant peut-être que vos visiteurs viennent à vélo dans vos centres commerciaux.

Tout à fait ! Nous favorisons aujourd’hui tous les modes de transport doux, bien évidemment, le transport en commun. Parce qu’aujourd’hui, tous nos sites sont accessibles en transport en commun. Le vélo bien évidemment. Mais il y a certains achats pondéreux. Je ne vais pas vous faire de dessins. Nous imaginons bien que nous n’allons pas acheter 100 canapés en vélo ou en transport en commun. Donc, la voiture reste, et je pense, restera durablement le mode de transport privilégié par les gens. Ce qui n’est pas forcément une mauvaise nouvelle, parce que ces voitures, elles sont électriques ou elles fonctionneront à l’hydrogène. Et nous aurons, je pense, dans un horizon de temps pas si éloigné que cela, un parc automobile qui sera totalement assaini en termes d’émissions.

Est-ce que vous avez une dernière bonne nouvelle à nous partager ?

Oui, nous avons une bonne nouvelle à vous partager. Nous allons signer vendredi une nouvelle acquisition. Une forêt de 150 hectares, dans le Haut-Rhin.

Nous voyons que la dynamique est là. C’est une dynamique forte. À ma connaissance, vous êtes la première foncière cotée dans cette dynamique aussi forte d’investir dans les forêts, de biosourcer le bois, participer à l’économie. Nous pouvons le rappeler, la filière bois en France, ce sont 450 000 emplois à peu près, pour une industrie, vous l’avez souligné, une industrie peu outillée. Qui pourrait être largement beaucoup plus importante. Il y a un vivier d’emplois à créer. C’est important de parler de ces bonnes nouvelles dans le contexte Covid. Et puis, c’est de l’emploi local, non délocalisable.

Merci beaucoup Antoine Frey ! Je le rappelle, vous être Président de FREY, une société d’investissement cotée. Nous vous disons à très bientôt pour que vous nous parliez de ces nouvelles acquisitions, de cette utilisation du bois que nous aimerions voir un peu partir de vos forêts, pour arriver dans les constructions. Un grand merci et à très bientôt !

Merci à vous et à bientôt !

Meilleur-GF.com vous recommande :

@Meilleur-GF.com 2017-2020 - Tous droits réservés