La forêt, un actif en pleine ascension

admin - mise à jour de la 07 juin 2018

Fiscalité adoucie, moyen de diversification de son patrimoine, placement plaisir… la forêt attire de plus en plus les investisseurs. Des points sont cependant à connaître pour rentabiliser son investissement.

 

Investir dans une forêt, à quel prix ?

Au même titre que l’immobilier, la qualité et les prix des forêts sont très différents. En 2017, le prix des forêts non bâties de 4 110 l’hectare oscillait autour de 630 et 12 200 euros l’hectare. Les plus cotées sont surtout les forêts de feuillus et celles se trouvant au nord de l’Hexagone, ayant connu une croissance de valeur de 5 % par an. Au cours de ces 10 dernières années, le chêne est le plus coté sur le marché, tandis que la valeur des autres essences fluctue.

Outre l’espèce d’arbres, les sols, la qualité des arbres, les allées et le climat impactent également sur le prix de la forêt. Une forêt proche des grandes villes et facile d’accès reste plus coté. A noter que les forêts de plus de 100 hectares sont les plus recherchées, en raison d’une gestion simplifiée.

Pour un investissement en direct en forêt de chênes, l’investisseur doit prévoir dans les 8 000 euros par hectares. S’il veut s’orienter vers la coupe de bois et donc profiter d’un revenu récurrent, le montant du placement est estimé à 450 000 à 500 000 euros pour un minimum de 80 hectares. Les forêts de 15 à 30 hectares destinées à la chasse peuvent constituer une alternative intéressante de placement, en veillant à ce que les frais de gestion puissent être amortis par les revenus.

Investissement en forêt, un placement à très long terme

Pour investir en forêt, le rendement est un paramètre clé à ne surtout pas négliger. Celui-ci est estimé de 1 à 2 % net par an. Toutefois, une baisse globale du taux de rendement a été enregistrée au cours de ces dernières années. En principe, le rendement repose sur la pratique de la chasse et de la vente des bois dans la forêt.

En France, un hectare de forêt utilisé pour chasser se loue à moins de 10 euros par an. Dans les grandes forêts proches des grandes villes comme Sologne, la location peut par contre atteindre jusqu’à 150 euros par hectare.

Pour se constituer une autre source de revenus, les investisseurs recourent également à la location d’étangs, de panneaux photovoltaïques ou d’éoliennes. Dans ce cas, l’âge des arbres entre en compte puisque pour être coupé, ils doivent être matures (avoir entre 20 et 60 ans).

Quoi qu’il en soit, l’investisseur doit savoir que le placement dans une forêt est un investissement de très long terme. Il conseillé de détenir la forêt au moins 15 ans.

Se tourner vers les GFF pour un placement sécurisé

Compte tenu du prix des forêts, investir directement en forêt n’est pas à la portée tous. D’ailleurs, un tel investissement consiste principalement diversifier son patrimoine (ne peut excéder 5 à 10 % du patrimoine global). C’est pour cette raison que la plupart des particuliers se tournent vers les groupements fonciers forestiers (GFF).

Auprès de ces véhicules de placement, les tickets d’entrée s’avèrent d’autant plus accessibles, à hauteur de 5 000 à 10 000 euros. Cette alternative reste avantageuse pour l’investisseur, notamment en termes de mutualisation des risques. Investir dans un GFF permet également de varier les massifs et les essences. Un tel type de placement ne peut cependant offrir un rendement de plus de 2 %.

Alors, pour être sûr de son investissement, il convient de recourir aux services un expert en forêt comme Meilleur GF. Il mettra l’investisseur en contact avec une société de gestion agréé par l’AMF (autorité des marchés financiers).

Leave a comment



@Meilleur-GF.com 2017-2018 - Tous droits réservés

FERMER
CLOSE