Ce lundi 29 mai 2023, Jonathan Dhiver, fondateur de Meilleur-gf.com a été invité de l’émission BFM Patrimoine présentée par Cédric DECOEUR. Une intervention exclusive sur comment et pourquoi investir en forêt ?

Retrouvez ci-dessous la retranscription de l’intervention de Jonathan Dhiver

Et nous accueillons Jonathan Dhiver ! Bonjour Jonathan !

Bonjour Cédric !

Merci de nous rejoindre pour Meilleurgf.com ! Nous parlons d’investissement en forêt ensemble, sous-jacent, atypique quand même !

Oui, haute qualité environnementale ! Nous parlions de notre française, de notre haute qualité environnementale avec un placement qui est assez peu connu, parce que généralement, nous classons notre argent dans l’immobilier et des actions des obligations alors que cette classe d’actifs, elle a un réel potentiel, un réel avenir et elle fait face aussi à des enjeux actuels intéressants.

J’imagine l’auditeur qui vous entend et qui se dit, il est effectivement sympa mais moi, je n’ai pas les moyens de m’acheter une forêt. Comment nous pouvons faire pour investir en forêt quand nous ne sommes pas forcément richissimes ?

Oui, c’est vrai parce qu’acheter une forêt cela coûte tout de suite plusieurs centaines de milliers d’euros. Cela demande une grande technicité. Nous pouvons investir directement mais aussi indirectement à travers des fonds forestiers, des groupements forestiers d’investissements. C’est très régulé et encadré par l’autorité des marchés financiers. Et ce groupement forestier va acheter différentes forêts dans différents secteurs ou localisations, avec différentes essences, avec différents types de sylvicultures. Vous allez avoir quelque part tous les avantages ; cela va être géré, aucune gestion et une meilleure diversification.

Ce n’est pas vous qui recoupez les arbres ?

Non ! Voilà exactement, ni les entretenir et en plus, vous avez un accès qui est quand même très intéressant à partir de 1 000 euros. Mais, il y a quand même des risques qui sont propres à la forêt, les risques d’incendies, la valeur du capital qui n’est pas garantie et puis également, la liquidité du fond.

Et des risques sanitaires aussi…

Oui ! Phytosanitaires exactement !

Cela étant dit, c’est vrai qu’en prenant une part dans un groupement qui investit en plusieurs forêts, effectivement, nous diversifions un peu nos risques. Pourquoi est-ce que vous conseillez aux Français de détenir de la forêt ?

J’ai beaucoup de convictions pour ce produit, des convictions bien évidemment environnementales ; la captation de carbone : 15% des émissions de gaz à effet de serre de la France sont captées par la forêt française,vous voyez que c’est quand même significatif, la photosynthèse bien évidemment, également la préservation de la biodiversité. Faire en sorte de préserver cette biodiversité au sein des forêts, elle est très importante. Deuxième élément, c’est l’emploi local. C’est non délocalisable et aujourd’hui, il y a 100 000 emplois qui sont accessibles sur cette filière industrielle. C’est 12% de l’emploi industriel français. Je pense que c’est des chiffres, quand nous les voyons, nous nous disons que c’est important !

Nous ne le percevons pas très aisément !

Exactement ! Et dernier élément, c’est une valeur assez refuge. Progression de la valeur depuis, 3% par an sur les 25 dernières années ! C’est très acyclique, c’est très décorrelé des cycles financiers. Donc, pour cette raison-là, c’est également une valeur refuge.

Malgré tout, Jonathan, nous le savons, un arbre cela pousse lentement. J’imagine que c’est un placement de long terme parce qu’à priori, si nous détenons une forêt et qu’on nous dit : Tiens, nous venons de replanter une parcelle. A priori, celle-ci, nous n’en verrons pas la couleur donc, c’est un placement que nous faisons pour aujourd’hui, pour demain, pour transmettre… Comment cela se passe d’ailleurs au moment de la transmission ?

C’est clairement un placement qui doit être une part minime de votre patrimoine. Néanmoins, il faut avoir cet horizon de placement extrêmement long terme. Un beau chêne, met 150 ans pour atteindre sa maturité, donc vous voyez, ce n’est pas pour soi, ce n’est pas pour ses enfants, c’est même pour nos petits-enfants que nous le faisons. Ce qui est intéressant, c’est que vous allez avoir une réduction d’impôt à la souscription à 25% : vous investissez 10 000 euros, 2 500 euros de réduction cette année. Mais ce qui est encore plus intéressant, c’est ce genre de transmission lors de la succession. Nous avons fait des petits exercices pour voir ce que nous pouvions, pratico-pratiques. J’investis 100 000 euros de groupements forestiers d’investissement, en fonction de ma tranche de droit de succession, si je suis à 30%, je vais pouvoir transmettre 16 % de patrimoine en plus. Si je suis à 40, 31% de patrimoine en plus. Et si je suis à 45, 40% de patrimoine en plus. Pourquoi ? Parce que vous avez un abattement de 75% lors de la donation ou de la succession de la valeur de la forêt. Cela s’explique parce que nous sommes sur du très long terme et que pour préserver quelque part la forêt et qu’elle reste française, il faut qu’il y ait des avantages fiscaux. C’est tout à fait explicable et pragmatique. Donc, nous voyons que nous pouvons quelque part transmettre 40% de patrimoine en plus grâce à la forêt. Après, la petite cerise sur le gâteau pour ceux qui ont fait leur déclaration IFI, c’est que pour certains groupements forestiers d’investissements, c’est hors de l’impôt sur la fortune immobilière.

C’est du foncier mais pas imposé ?

Ce n’est pas imposé, exactement !

Malgré tout, il faudrait aussi trouver ses fonds. C’est quand même un placement un peu confidentiel encore. Est-ce que vous avez quelques idées de fonds sur lesquelles justement nous pouvons investir ?

Oui, nous pouvons même nous promener pour certains d’entre eux. Groupements forestiers, deux idées : le premier c’est Coeurforest ; c’est accessible à partir de 1000 euros. Ils ont été lancés l’année dernière et commencent à réaliser leurs premières acquisitions. Ils ont réalisé une acquisition dans une forêt près de Fontainebleau, 28 hectares. Et puis, un autre groupement forestier dont on ne parle plus, mais nous allons en reparler quand même aujourd’hui. C’est le groupement forestier de France Valley Patrimoine qui est le plus gros groupement forestier de la place. Presque 300 millions d’euros de capitalisation et une très très grande dans la diversité. Je pense que c’est vraiment le moment de se dire, il faut se placer un peu d’argent dans les groupements forestiers de plus en plus, quitte à le faire de façon séquencée mais nous avons un momentum qui est vraiment intéressant. Aujourd’hui, le crédit carbone n’est pas valorisé encore dans les forêts. Quand il sera valorisé, cela apportera de la valeur supplémentaire et puis, il y a toutes les convictions philosophiques et sociétales qui sont intéressantes. Je vous ai amené un petit livre, Cédric. « La vie secrète des arbres ». Je suggère à vos auditeurs de passer un petit moment de lecture sur ce livre. C’est absolument délicieux et nous comprenons à quel point la forêt est importante dans notre écosystème.

Actualités

Une 9ème acquisition pour le GFI FORECIAL

Dans le paysage forestier et d'investissement français, le Groupement Forestier d’Investissement (GFI) FORECIAL, géré par…
Lire plus

Nouvelle acquisition pour Forecial 2

Dans le domaine des investissements forestiers, le Groupement Forestier d’Investissement (GFI) Forecial 2, géré par…
Lire plus

Qu’est-ce qu’un arbre à haute valeur écologique ?

Dans la gestion durable des forêts, la reconnaissance et la préservation des arbres à haute…
Lire plus

Nouvelle acquisition pour Coeur Forest !

Le Groupement Forestier d'Investissement (GFI) Cœur Forest a récemment ajouté à son patrimoine la forêt…
Lire plus

© Meilleur-GF.com 2024 - Tous droits réservés